">
Actualités >

Etats Généraux du Sport Féminin en Equipe, Bourges


Pas assez représentées dans les instances dirigeantes, pas assez médiatisées, et donc pas assez financées, les sportives françaises souffrent d'inégalités par rapport aux hommes.

Ainsi que l'explique Emmeline Ndongue, pivot du club de Bourges Basket et des Bleues, « les États généraux sont venus d'un constat : le sport féminin collectif ramène des médailles, fait des résultats, mais on n'en parle pas. On a du mal à avoir une page dans L'Équipe qui est le grand journal sportif de référence. Tout simplement parce qu'on est des femmes, on s'en cogne de nous. On a voulu mettre en place ces États généraux pour que l'on puisse discuter de cela, voir ce que l'on peut faire et comment changer la donne ». Il convient donc de connaître la nature, l'ampleur et les causes de cette situation et d'identifier les actions qui permettront d'y remédier.

Pour reprendre les propos de l'organisation : « Le sport féminin est de plus en plus performant en France grâce aux qualités et aux valeurs développées par les femmes en équipe : fairplay, sportivité, ténacité, courage, beauté du geste, humilité et surtout solidarité. Pourtant, le sport féminin en équipe est méprisé en France. Ce mépris se concrétise par une insuffisance préoccupante de moyens, une faiblesse de l'engagement des entreprises et une médiatisation très déséquilibrée en faveur du sport masculin ».

Pour Céline Dumerc, qui a mené les Tricolores à l'argent olympique à Londres, « on a besoin, un moment donné, de mettre un coup de poing sur la table en disant que le sport féminin en équipe a besoin de plus de médiatisation. Il faut se mobiliser pour essayer de faire avancer les choses parce que, si on n'est pas tous ensemble, malheureusement on ne nous écoute pas ».

Désormais club de référence en France comme en Europe, Bourges Basket saisit donc l'opportunité de sa légitime notoriété pour faire sienne la cause du sport féminin en équipe français. Si ces États généraux constituent une première étape, qui réunira pouvoirs publics, collectivités territoriales, experts, responsables de fédérations sportives, sportifs et sportives de haut niveau, entreprises et journalistes, l'objectif du club est bien d'engager une action sur le long terme en fédérant toutes les ressources, tant humaines que financières



Comment féminiser le sport français?
Adrien Pécout, Le Monde.fr (Bourges- Envoyé spécial)


Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes, a précisé jeudi les mesures envisagées par le gouvernement pour améliorer cette situation. Elle s'est exprimée à l'occasion des premiers états généraux du sport féminin en équipe, organisés par la ville de Bourges et sa redoutable équipe de basketteuses, du 16 au 17 mai.

> Parité dans les instances dirigeantes d'ici 2020

La ministre présentera à la fin juin au conseil des ministres une loi-cadre sur les droits des femmes. S'il est adopté, ce texte obligera les fédérations sportives du pays à respecter la parité hommes-femmes au niveau de leurs comités directeurs. "Nous voulons que tous les sports se donnent les moyens d'attirer autant de filles que de garçons, explique la ministre. Et pour ce faire, une représentation équilibrée dans les instances de gouvernance est un levier important. A priori, la 'deadline' finale qui nous semble être la bonne est celles Jeux olympiques 2020. Mais nous espérons quand même que certaines fédérations n'attendront pas pour s'y mettre."

En cas de réticences, d'éventuelles sanctions sont à l'étude. "A présent, ce qui est imposé aux fédérations pour leurs instances dirigeantes, c'est un objectif de proportionnalité [en fonction du nombre de licenciés selon les sexes], qui n'a pas été respecté par tout le monde, loin s'en faut", déplore Najat Vallaud-Belkacem. D'ores et déjà, on peut noter que quelques disciplines comme la gymnastique et la natation donnent l'exemple en matière de parité.

Au sein d'une fédération sportive, le comité directeur joue un rôle-clé : il contribue à élire le président de la fédération en question. Et là aussi, la question de la parité se pose. Pour l'instant, rares sont les femmes à avoir déjà eu accès à un tel poste. lsabelle Spennato-Lamour, élue en mars à la tête de la Fédération française d'escrime (FFE), fait ainsi figure d'exception. L'épouse de Jean-François Lamour est actuellement la seule femme à présider l'une des 31 fédérations françaises de sports qui participent aux JO.

En 2011, le Sénat dressait un état des lieux, sur plus de cent sports, afin d'illustrer cette sous-représentation : "Les avancées restent très relatives : onze femmes sont aujourd'hui à la tête d'une fédération sportive. Elles représentent 15 % des cadres des fédérations, 15,5 % des conseillers techniques régionaux, 18,3 % des conseillers techniques nationaux, 11,1 % des entraîneurs nationaux et 5 % des DTN."

> Du foot et du rugby féminins diffusés en clair

La promotion du sport féminin passe aussi, évidemment, par les médias. Toujours dans le projet de loi-cadre, il est ainsi prévu d'"élargir les pouvoirs du CSA pour qu'il vérifie que chacune des télés respecte l'équité dans les images" représentant des sportives ou des sportifs, explique Najat Vallaud-Belkacem. Une compétence qui ne figure pas, à l'heure actuelle, dans les champs d'attribution du Conseil supérieur de l'audiovisuel.

En concertation avec le ministère des sports – même si Valérie Fourneyron n'a pu se rendre dans le Cher, en raison d'un déplacement à Bruxelles –, Najat Vallaud-Belkacem a également indiqué la volonté gouvernementale d'intégrer des événements de football et de rugby féminins dans la liste française des rendez-vous sportifs considérés d'intérêt public – et donc obligatoirement diffusés en clair sur des chaînes publiques. Avec en ligne de mire les finales de Coupe du monde.

Le gouvernement attend désormais la réponse de la Commission européenne pour incorporer les footballeuses et les rugbywomen dans ce fameux décret TSF (télévision sans frontières) datant de 2004. Le texte, fixé à l'échelle européenne, comporte aujourd'hui 28 événements, dont 5 mixtes et à peine 5 uniquement féminins.

> Attirer plus de pratiquantes


Enfin, pour développer la pratique du sport féminin, le ministère des droits des femmes souhaiterait que chaque fédération sportive lui transmette, au plus tard à la fin de l'année 2013, "un plan de féminisation". En France, parmi les personnes à avoir une licence sportive, il n'y a en effet qu'un tiers de femmes.

"Il faut que les fédérations imaginent des campagnes de promotion pour les féminines, qu'elles favorisent l'activité des jeunes filles grâce à la formation, qu'elles prévoient pour les arbitres autant de filles que de garçons. Nous avons déjà identifié ces critères, mais nous sommes encore ouverts aux suggestions", précise la ministre.

Najat Vallaud-Belkacem ne s'est pas appuyée sur un texte législatif pour demander un tel plan, mais si les fédérations ne répondaient pas à l'appel, elle envisage de geler les sommes versées versées au nom de la féminisation du sport. "On voudrait conditionner ces subventions, car certaines fédérations les touchent alors qu'elles ne font rien pour", conclut-elle. Entre incitations, obligations et incantations, le sport féminin a encore du chemin à parcourir...



Pour en savoir plus,

Télécharger le programme

Sources :
CNOSF
LE MONDE.FR
Lire l'article d'Adrien Pécout, Le Monde.fr lemonde.fr / Adrien Pécout



Les partenaires du CROS

PARIS 2024


Agenda du CROS


FORMATIONS :
>Formations de bénévoles 2017/2018 du mouvement sportif de la région Centre-Val de Loire

> Rechercher efficacement des partenaires privés pour son association sportive : les 11 et 12 décembre 2017

Pensez à mener l'entretien professionnel obligatoire auprès de vos salariés !
Des questions, Quels outils adaptés utiliser ...?

--> 02.38.49.88.52 ou formation.cvl@franceolympique.com

A propos de nos formations

Nos références

Conditions générales de vente

Contacts


Le CROS CVL est référencé dans le Datadock

Annuaire du sport

BasiCompta®

Sur les réseaux...



Où nous trouver?

Comité Régional
Olympique et Sportif
Centre - Val de Loire

6 ter rue de l'Abbé-Pasty
45400 FLEURY-LES-AUBRAIS
Le plan d'accès

Horaires d'ouverture et coordonnées du CROS

Horaires du Secrétariat
8h30-12h30 / 13h30-17h00
Fermé le mercredi après-midi
Coordonnées
Tél : 02.38.49.88.50
E-mail : centrevaldeloire@franceolympique.com

Rechercher